03 décembre 2005

Drogue - Peine de mort - On ne badine pas a Singapore

peine a été exécutée ce matin", a déclaré le ministère de l'intérieur singapourien dans un bref communiqué. Le condamné à mort, un Australien d'origine vietnamienne de 25 ans, Nguyen Tuong Van, a été pendu vendredi 2 décembre pour avoir introduit 400 grammes d'héroïne en décembre 2002 à Singapour, où la peine de mort est prévue pour toute personne trouvée en possession de plus de 15 grammes de drogue.
La mère de Nguyen, Kim et d'autres membres de sa famille n'ont pas été pas autorisés à assister à l'exécution et se sont donc rassemblés dans une chapelle des environs avec des amis et des sympathisants.

Singapour a rejeté toutes les demandes de clémence, y compris celle du premier ministre australien John Howard. Ce dernier avait cependant réussi à obtenir que la mère du condamné puisse avoir un "contact physique"  une dernière fois avec son fils avant l'exécution, ce qui est normalement exclu. Mais la mère et son fils n'ont pas pu s'embrasser et n'ont été autorisés à se toucher la main qu'à travers une grille, une "réponse froide" qui a provoqué la colère du chef du gouvernement australien.

"DÉCEPTION" DE CANBERRA

"J'ai été particulièrement déçu, très déçu", a-t-il lâché à une radio australienne, avertissant que l'exécution "aura un effet sur les relations [entre Singapour et l'Australie] au niveau des populations". M. Howard a cependant répété qu'il "n'encourageait pas" les appels au boycottage des produits singapouriens. "Il faut comprendre que Singapour n'est pas le seul pays en Asie ou dans le monde qui recourt à l'exécution capitale", a-t-il rappelé.

Le premier ministre de Singapour, Lee Hsien Loong, avait cette semaine répété que la peine de mort était "nécessaire". "Le mal infligé par le trafic de drogue à des milliers de personnes exige que nous allions à la source en sanctionnant les trafiquants plutôt que d'essayer de ramasser les morceaux par la suite", a-t-il ajouté.

L'organisation britannique des droits de l'homme, Amnesty International, a qualifié l'exécution de "sanction brutale et cruelle". "C'est un jour extrêmement triste pour sa famille", a déclaré Tim Goodwin, coordinateur des opposants à la peine de mort de l'organisation. Selon l'organisation, Singapour a le taux d'exécution capitale par habitant le plus élevé au monde. Pour une population de 4,2 millions d'habitants, environ 420 détenus ont été pendus entre 1991 et 2004, selon l'organisation.

Mais Singapour n'est pas un cas unique en Asie, souligne l'organisation, où la peine de mort est largement répandue, notamment en Chine où dix mille personnes seraient exécutées chaque année

Posté par Matthias à 11:21 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur Drogue - Peine de mort - On ne badine pas a Singapore

    Droit de réponse

    On dira ce que l'on veut mais mes filles peuvent se promener à Singapour à minuit sans le moindre risque d' agression .Les donneurs de leçon ne peuvent pas en dire autant à Paris , à Madrid , à Bruxelle etc etc
    Un trafiquant pendu c'est des centaines, voir des milliers de leurs victimes sauvées ... et ces victimes peuvent être vos enfants .

    Posté par Zinzin, 04 juin 2012 à 20:52 | | Répondre
Nouveau commentaire